15 Mai

Polyphonie, dialogisme, monologue et dialogue en jeu dans « Crime et châtiment » de Dostoïevski et « Procès ivre » de Koltès

Article à paraître dans les actes du colloque international « Entre monologue et dialogue » qui s’est tenu à Paris du 2 au 4 mai 2016 à la Sorbonne (Paris III)

Lire la suite »
09 Mai

« L’Idiot » de Dostoïevski [extrait] – vivre pour de bon

« … Mais il vaut mieux que je vous raconte ce que m’a dit un autre homme que j’ai rencontré l’année dernière. Il y avait là une circonstance très étrange, étrange en ce que, finalement, ce genre de cas est rarissime. Cet homme avait déjà été traîné, avec d’autres, sur l’échafaud, et on lui avait lu sa sentence de mort : fusillé, pour crime politique.

Lire la suite »
15 Fév

Scénographies en miettes

Maintenant que le travail d’adaptation des deux œuvres de Ionesco est à peu près au point, qu’on a un texte à peu près en place – même s’il va, et qu’il doit, encore bouger avec les répétitions, le rapport des comédiens avec lui, qu’il va s’enrichir de ce qu’ils vont chacun apporter –, est venu le temps de penser la scénographie, l’organisation des significations sur le plateau, qui relève encore pleinement de la dramaturgie même si elle ne relève plus seulement des mots, mais prend en compte toutes les dimensions du spectacle – l’espace, les corps, les matières, les objets, les lumières, les sons, les déplacements, les gestes…

Lire la suite »
08 Déc

« La Cerisaie » de Tchekhov à la Colline : les tg STAN se mettent en scène

De la salle de la Bastille, les tg STAN passent au vaste plateau de la Colline pour cette nouvelle édition du Festival d’Automne. Des Estivants de Gorki il y a trois ans, ils passent à la Cerisaie de Tchekhov – où il est question d’estivants, là aussi. Des duos ou trios de leurs derniers spectacles présentés en France, Mademoiselle Else, Scènes de la vie conjugale ou Trahisons, on passe cette fois à 12 comédiens, parmi lesquels on reconnaît Frank Vercruyssen, Jolente de Keersmaeker ou Robby Cleiren, mais qui pour le reste sont majoritairement de jeunes diplômés. Mais leur travail a beau évoluer, prendre encore plus d’ampleur, les fondements en restent les mêmes. On retrouve ainsi leur facétie intacte au moment de rendre à La Cerisaie le caractère comique que lui souhaitait Tchekhov, malgré la dimension tragique qui sourd, et ce par une approche du texte qui se met elle-même en scène.

Lire la suite »
11 Nov

« Considering/Accumulations » d’après Kleist à la Commune d’Aubervilliers : polysémies

Artiste associé à la Commune d’Aubervilliers, Laurent Chétouane y crée Considering/Accumulations, un spectacle inspiré de l’essai d’Heinrich von Kleist, Sur le théâtre de marionnettes. A partir de ce dialogue qui amène à penser la question de la grâce, le chorégraphe conçoit une longue danse amoureuse accompagnée au piano et régulièrement irriguée par le texte, articulé en voix off. Pris entre l’illustration du propos et la composition libre, les corps des deux danseurs expriment la complexité d’une relation par la métaphore de celle du marionnettiste à ses poupées.

Lire la suite »
07 Oct

« Ce ne andiamo per non darvi altre preoccupazioni » et « Reality » de Daria Deflorian et Antonio Tagliarini à la Colline : diptyque

Dans le cadre du Festival d’Automne, les Italiens Daria Deflorian et Antonio Tagliarini présentent à la Colline deux spectacles, Ce ne andiamo per non darvi altre preoccupazioni et Reality. En plus d’être le fruit de la collaboration des deux artistes, metteurs en scène et comédiens pour ces créations, de se partager le même cahier-programme, leur esthétique est commune, mise au service d’une réflexion sur le rapport du théâtre au réel, sa capacité à le représenter et à l’interroger. De l’un à l’autre, pourtant, les enjeux ne sont pas tout à fait les mêmes, et par conséquent leurs effets, la perception que l’on peut en avoir.

Lire la suite »
08 Sep

« En miettes », V1

Après plusieurs mois de lectures et de travail chacune de notre côté, est enfin venu le moment de  croiser nos regards sur un même objet, En miettes. Ce titre désigne le texte écrit par Laura à partir des œuvres de Ionesco, Jacques ou la soumission et Journal en miettes. Le geste d’adaptation a enfin eu lieu, et il a suscité une lecture à la loupe, puis un long dialogue, au cours duquel on a retrouvé l’enthousiasme qui avait présidé à notre premier rendez-vous.

Lire la suite »
17 Juil

« A mon seul désir » de Gaëlle Bourges au Gymnase du Lycée Saint-Joseph
De l’art à la danse, d’un dialogue esthétique à l’autre

Au haut de la page de présentation d’A mon seul désir dans le programme du Festival, se trouve l’inscription « danse ». La catégorie est trompeuse pour ce spectacle qui mêle au corps et à sa mise en espace le texte – comme les formes hybrides présentées dans le cadre des Sujets à vif. D’une rêverie sur une tapisserie, La Dame à la licorne, naît un rêve qui embarque dans l’intimité du dialogue mis en place par Gaëlle Bourges avec cette œuvre.

Lire la suite »
09 Juin

« Les Carnets du sous-sol » de Dostoïevski

Avant Crime et Châtiment, avant Le Joueur, L’Idiot, Les Démons ou encore Les Frères Karamazov, qui assureront un à un sa postérité, Dostoïevski a écrit une œuvre singulière, différente des grands romans qui lui succèdent par son format même, mais qui met déjà en place quelques-unes de leurs problématiques majeures. Les Carnets du sous-sol paraissent juste après Souvenirs de la maison des morts, et donc peu après le retour de l’auteur du bagne, qui l’a profondément marqué. L’œuvre, constituée de deux parties, livre une vision profondément pessimiste de la condition humaine, en donnant à entendre un être désespéré, vaincu par sa lucidité et sa conscience du mal.

Lire la suite »
21 Fév

« tu veux bien être ma dramaturge ? »

15 février 2015, un message vocal sur mon répondeur : « Oui Flo, c’est Laura, je t’appelle car j’aimerais bien qu’on se voie pour parler de mon projet Ionesco. Je suis un peu bloquée et j’aimerais avoir ton avis, te poser des questions… Dis-moi quand t’es dispo, pour qu’on prenne le temps de discuter ».

Lire la suite »