Festival d’Avignon 2011

12 Juil

Avignon : Bilan des Courses !

Quatre jours à Avignon en quelques tirets : – 14 spectacles vus – 11 salles de spectacles explorées – 12 spectacles chroniqués – 40 tracts récupérés (avec le sourire) – des centaines (ou milliers ?) de panneaux croisés dans toutes les rues – 2 logements pour 3 nuits – 6 codes wifi récupérés dans les restau et cafés de la ville – 4 diabolos grenadine avalés – 5 trajets avec un sac insoulevable – des litres d’eau – des courses effrénées pour arriver à l’heure – des Avignonnais très chaleureux S’il ne fallait garder qu’un spectacle : – Electre, suivi de très près par Médée et Belle du Seigneur Je rentre avec : – une paire de chaussures en moins (elle n’a pas tenu le coup) – une excellente adresse pour prendre un repas (le Zinzolin) – 40 tracts pour… (l’usage reste à déterminer) – une trentaine de piqûres de moustique – des jambes bien musclées – quelques heures de sommeil à récupérer – une bonne leçon : pas besoin de pantalon, ni de pull, ni de gilet en plein été à Avignon – des images plein la tête, et peut-être l’envie de renouveler l’expérience (avec plus d’organisation, moins de spectacles par jour, un logement fixe et une bonne dose d’énergie !) Merci à ceux qui m’ont accueillie, aux compagnies qui m’ont offert une invitation, au Bruit du Off pour l’opportunité… et peut-être à l’année prochaine ! F.

Lire la suite »
11 Juil

« Médée, l’insomnie de l’amour monstre » par la Compagnie Arkadia

Le mythe de Médée n’est pas une histoire faite de rebondissements et de péripéties. Ce n’est pas non plus l’immobilité d’une conscience tiraillée par un dilemme insolvable. Non, Médée, c’est la passion, la folie, l’amour inconditionnel. Dans son spectacle hautement esthétique, Diana Dobreva met en valeur cet absolu.

Lire la suite »
11 Juil

« Zelda F. (ou l’incroyable vie de Zelda Fitzgerald) » par la Compagnie Benarso

Zelda Fitzgerald est le genre de femme qui fascine, à la Grace Kelly ou à l’Isadora Duncan. Femme de, elle vit dans l’ombre de son mari dont le destin est indissociable. Retracer sa vie de sa jeunesse à sa mort revient donc à revenir sur les déboires du couple le plus célèbre du début du XXème siècle, aux Etats-Unis et en Europe.

Lire la suite »
11 Juil

« La Guerre de Troie n’aura pas lieu » de Giraudoux par la Compagnie les Fils d’Achichaos

Ils sont jeunes, dynamiques et… très nombreux : ce sont les Fils d’Achichaos. « Tant mieux ! » peut-on penser, étant donné que Giraudoux fait appel à beaucoup de personnages. Néanmoins, cela révèle des déséquilibres de talent et d’importance qui conduisent à une appréciation mitigée.

Lire la suite »
11 Juil

« La Pitié dangereuse » d’après Zweig par la Compagnie Carinae

Pour le spectacle de la Compagnie Carinae, on peut enfin parler de véritable adaptation ! Le roman de Zweig est illustré avec simplicité, à partir de dialogues et d’interactions corporelles. Le progrès de la tension jusqu’à la fin tragique de l’héroïne paralysée, Edith, se fait avec rythme grâce à une succession souple de tableaux.

Lire la suite »
11 Juil

« Baudelaire dernière escale » par la Compagnie Melting Pot Productions

« Baudelaire dernière escale » est le voyage du poète de l’enfance à la mort, avec pour seule compagnie sa malle, qui peut faire office de bureau, de bateau ou d’abri. À partir de ses poèmes en prose et en vers et de sa correspondance, Fabrice Merlo retrace le parcours du poète le plus connu du XIXème siècle.

Lire la suite »