Autour d’un héros

13 Avr

Thérèse Raquin :
de la nouvelle au film en passant par le roman et la pièce,
 du silence à la parole

En 1865, Zola publie une nouvelle dans le Figaro, intitulée « Un mariage d’amour ». Dans ce court récit se trouve en germe l’un de ses romans les plus connus, Thérèse Raquin. Avec l’histoire dramatique d’un couple d’amants hanté par le mari de la jeune femme qu’ils ont tué pour vivre leur amour, Zola crée un personnage féminin fascinant par son silence et le mystère qui en découle. Un an après la parution de son roman, qui déclenche une vive polémique, l’auteur adapte son histoire au théâtre,dans le but de renouveler cet art. Près d’un siècle plus tard, en 1953, Marcel Carné fait entrer le personnage dans un nouveau milieu, en adaptant librement le roman au cinéma. D’un genre à l’autre, c’est la parole de Thérèse qui est en jeu, et son importance plus ou moins grande permet de saisir la singularité du support qui l’accueille, plus encore que de révéler le personnage.

Lire la suite »
30 Oct

Tartuffe, de Molière à Murnau

Tartuffe est l’un des personnages de Molière les plus connus, au point que le nom propre est devenu nom commun par antonomase : on dit d’un homme hypocrite qu’il est un Tartuffe, comme on dit d’un libertin que c’est un Don Juan. Caché derrière son masque de faux dévot, Tartuffe est un être déroutant, insaisissable, qui en plus de servir à dénoncer les vices qui sont les siens par le détour de la fiction, permet de mener une réflexion sur l’art, que ce soit le théâtre avec Molière, ou le cinéma avec Friedrich Whilelm Murnau, qui s’inspire de la pièce pour un court film muet de 1925.

Lire la suite »
14 Août

Le prince de Salina dans « Le Guépard », de Lampedusa à Visconti

Le Guépard est l’unique livre de Giuseppe Tomasi, prince de Lampedusa. L’aristocrate sicilien s’inspire largement de sa propre vie pour concevoir son héros, le prince Fabrice de Salina. A travers lui, l’auteur dépeint la fin d’un monde dont il n’a connu que les restes, le passage de la monarchie à la république, des Deux Sicile à l’Italie unifiée à partir de 1860. Illustre représentant de sa famille, dont l’emblème est le guépard, Salina en est aussi le dernier véritablement digne. Pour incarner cet être fier et mélancolique, Luchino Visconti fait appel à Burt Lancaster pour son adaptation cinématographique du roman, véritable félin à l’écran.

Lire la suite »
25 Juin

La Bête, de Madame de Villeneuve à Walt Disney en passant par Jean Cocteau

Que ce soit en littérature ou au cinéma, par les mots ou par l’image, la représentation de la Bête du conte La Belle et la Bête est un défi posé à l’art. Contrairement au beau, à chaque époque défini par des règles et des canons bien précis, le monstrueux est moins codé, bien plus libre. Si certains considèrent qu’il suffit de prendre à rebours les principes du premier – l’harmonie, l’équilibre ou encore la grâce pour les Grecs – d’autres artistes préfèrent explorer le bizarre ou l’inquiétante étrangeté. L’important est que, dans tous les cas, la Bête en soit véritablement une. L’idée est que la nature monstrueuse de la Bête, terrible et inhumaine, est ce qui permet de croire au conte. S’il ne s’agit que d’une métaphore, que l’appellation « la Bête » ne sert qu’à désigner un homme sauvage, violent, reclus du monde, et pourtant bien humain, le conte perd en puissance et devient simplement moral. Pour qu’il prenne son sens, pour qu’il s’élève au-dessus du rang de simple histoire, il faut que la Bête apparaisse comme un monstre indompté, suscitant frayeur et horreur. Ce conte apparaît comme tel au XVIIIe siècle, sous la plume de Madame de Villeneuve. Cette version écrite – la plus longue qui soit – inspire de nombreuses œuvres par la suite, littéraires ou picturales, mais aussi, deux siècles plus tard, cinématographiques. Si, comme on va le voir, la représentation de la Bête y est très elliptique, elle inspire néanmoins les créatures de Jean Cocteau et de Walt Disney, devenues emblématiques dans l’imaginaire collectif.

Lire la suite »
12 Avr

Marlow et Kurtz, de Conrad à Coppola

Au Cœur des ténèbres est l’un des récits les plus connus de Joseph Conrad. Longue nouvelle ou court roman, ce texte extrêmement dense élève l’histoire coloniale à un rang mythique. C’est cette dimension transcendante du récit du marin Marlow qui permet à Francis Coppola d’en transposer les éléments dans le cadre de la guerre du Vietnam dans Apocalypse Now.

Lire la suite »
21 Déc

Mrs Dalloway, de Virginia Woolf à Stephen Daldry

Mrs Dalloway est l’héroïne la plus connue de Virginia Woolf. Leurs noms s’associent presque automatiquement dans nos esprits, et il arrive même que le lecteur les confonde en tournant les pages du roman éponyme. C’est avec cette oeuvre que l’écrivain anglaise explore ses nouvelles techniques romanesques, centrées autour de la notion de flux de conscience.

Lire la suite »
22 Juin

Joseph K. dans « Le Procès », de Kafka à Orson Welles

Le célèbre adjectif « kafkaïen » a été élaboré à partir de l’œuvre de Kafka, Le Procès. Il désigne une situation telle que celle dans laquelle est pris son héros, Joseph K. : après avoir été arrêté sans motif, il s’engage dans un bras de fer avec la Justice et se perd dans le dédale de l’administration judiciaire, cherchant à tous prix à faire reconnaître son innocence – en vain.

Lire la suite »
01 Mai

Le héros des « Etats et Empires de la Lune », de Cyrano de Bergerac à Benjamin Lazar

Le héros des Etats et Empires de la Lune poursuit ses pérégrinations dans Les Etats et Empires du Soleil. Les deux œuvres de Savinien Cyrano de Bergerac, réunies sous le titre « L’Autre monde », s’inscrivent dans la longue tradition des récits fantasmés sur les ailleurs. Depuis L’Odyssée sous l’Antiquité grecque à Utopia de Thomas More en 1516, ce genre hésite entre l’épopée aux multiples rebondissements et le projet satirique.

Lire la suite »
18 Mai

Lolita, de l’origine au mythe, de Nabokov à Kubrick

La Lolita, aujourd’hui, est devenue un type de femme. Si l’on en croit l’opinion commune, c’est une blonde, perchée sur des talons hauts, un peu vulgaire, qui prétend ne pas y toucher, mais qui en réalité aime séduire les hommes, surtout les plus âgés. Cette image correspond-elle véritablement au personnage, devenu mythique, de Nabokov ?

Lire la suite »