26 Jan

« Les Carnets de la maison morte » de Dostoïevski – récits du bagne

Dans les Carnets de la maison morte, Dostoïevski rend compte de son séjour au bagne, alors qu’il a été déporté pendant quatre ans dans le camp d’Omsk, en Sibérie, pour des raisons politiques. De son expérience, il fait un récit qui oscille entre la fiction, le témoignage et le reportage journalistique, et qui rend finalement moins compte de son vécu que de ses découvertes en détention – découvertes essentiellement humaines qui vont irriguer toutes ses œuvres par la suite.

Lire la suite »
08 Avr

Notes et contre-notes sur « Jacques ou la Soumission » (3/3)

Vient alors la troisième révolte de Jacques, qui dit « Non ! non ! Elle n’en a pas assez ! Il m’en faut une avec trois nez. Je dis : trois nez, au moins ! ». Ce non rappelle celui de Dom Juan face à la figure du Commandeur, dans le dernier acte de la pièce de Molière. C’est là la parole du libertin, qui refuse de se repentir jusqu’au dernier moment, de se soumettre même sous la menace, celle qui contient toute sa révolte.

Lire la suite »
30 Mar

« Metamorphosis » d’après Ovide à Chaillot

David Bobée et Kirill Serebrennikov expérimentent dans Metamorphosis l’universalité de l’œuvre d’Ovide, de l’Antiquité à 2014 et du latin au russe. Ils ne proposent pas sur scène une relecture contemporaine des Métamorphoses mais se servent plutôt du filtre qui vient des spectateurs eux-mêmes pour nourrir leur spectacle. En racontant avec simplicité quelques mythes, ils mettent en valeur leur force, leur autosuffisance presque, mais en y ajoutant l’énergie communicative des seize acteurs du Studio 7 de Moscou.

Lire la suite »
09 Jan

« Edward Hopper » au Grand Palais : le silence d’Hopper

La rétrospective consacrée à Edward Hopper ne ménage pas son public. Victime de son succès, elle lui impose des heures de queue quels que soient le moment de la journée ou le jour de la semaine. Une fois entré dans le saint des saints, il faut encore s’armer de patience avant de découvrir les chefs-d’œuvre que les belles affiches de l’exposition ont laissé entrevoir. Un tel parcours met à l’épreuve l’enthousiasme des plus entêtés ou des plus passionnés, qui repartent néanmoins songeurs, certainement plus riches qu’ils ne sont venus.

Lire la suite »