06 Avr

« La Condition humaine » de Malraux – humain, pas assez humain

t« Les mêmes chemins qui mènent l’individu au crime mènent la société à la révolution ». Telle était la thèse développée par Dostoïevski dans son roman les Démons selon le critique Berdaiev. Une telle formule resurgit à l’esprit quand on lit La Condition humaine d’André Malraux, La Condition humaine. Dans cette œuvre, qui lui vaut de recevoir le Prix Goncourt l’année même de sa publication, Malraux relate un épisode de la révolution chinoise, l’insurrection communiste de Shanghai, en 1927. Variant les points de vue, d’un personnage à l’autre, Malraux joue également avec les échelles. Dans cette œuvre, il fait coexister celle de l’individu, celle de la société, celle d’un pays ou encore celle du mouvement communiste de la Russie à la Chine – qui réduit l’homme à néant en le perdant de vue.

Lire la suite »
24 Jan

« 10 Millones » de Carlos Celdrán – décharge collective

Vingt ans après la création de sa compagnie, Argos Teatro, le metteur en scène Carlos Celdrán a créé l’année dernière 10 Millones. Un de ces spectacles rapidement pris d’assaut par le public cubain, une fois encensé par le bouche à oreille qui fait ici office de réclame. Après plusieurs mois à attendre que la compagnie revienne de tournée, l’œuvre finalement découverte s’est révélée à la hauteur de l’engouement qu’elle a suscité, tant du point de vue théâtral que des problématiques aigües qu’elle charrie.

Lire la suite »
18 Nov

« Ça ira (1) Fin de Louis » de Pommerat aux Amandiers : ça ira, oui, il faut bien que ça aille, alors ça ira

Après Au monde l’an dernier, Joël Pommerat propose une nouvelle création au Théâtre Nanterre-Amandiers, Ça ira (1) Fin de Louis. Le chiffre entre parenthèses du titre suggère qu’il s’agit là du premier volet d’une suite, d’une première partie, consacrée à la Révolution Française, de son avant, depuis 1787, à son après, jusqu’en 1791. Abordant pour la première fois le territoire de l’Histoire, Pommerat n’en renonce pas moins à la singularité de sa démarche, bien au contraire. Plutôt que de se contenter de reconstituer les faits et d’en donner la représentation, il met en récit les événements et propose à partir d’eux un déplacement du regard, un nouveau rapport au passé, extrêmement contemporain.

Lire la suite »
10 Déc

« Corbeaux ! » de Kunio Shimizu au Théâtre de la Ville :
les fusils sont toujours chargés

« Corbeaux ! Nos fusils sont chargés ! » est un spectacle qui a fait date au Japon, en 1971, quand il a été créé pour la première fois à Tokyo. Devenu mythique, il a marqué l’histoire du nouveau théâtre japonais, opposé aux formes traditionnelles telles que le Nô et la Kabuki. Kunio Shimizu, l’auteur, et Yukio Ninagawa, le metteur en scène, ont recréé ce spectacle, présenté pour la première fois en France l’année dernière à la Maison de la Culture du Japon, et en cette fin d’année au Théâtre de la Ville. Même près de quarante ans plus tard, le spectacle a conservé toute sa puissance, toute sa force subversive, et il offre l’exemple rare d’un spectacle historique dont on revit le caractère révolutionnaire des années plus tard.

Lire la suite »
01 Juil

« Que faire ? (Le Retour) » de Jean-Charles Massera et Benoît Lambert à la Colline

Que faire ? (Le Retour) est une sorte de fable contemporaine. Ce sont deux jeunes vieux qui découvrent la philosophie, l’art et la politique, comme par hasard. La curiosité, l’affolement, l’excitation et l’ivresse du savoir s’empare d’eux et les entraîne dans une quête du sens qui commence autour de la table de leur cuisine.

Lire la suite »