« Les Nègres » de Jean Genet au Théâtre de l’Odéon –
« une architecture de vide et de mots »

Cinquante-cinq ans après la première des Nègres à Paris par Roger Blin, qui avait ravi Jean Genet, Robert Wilson propose sa propre représentation de la pièce au Théâtre de l’Odéon, dans le cadre du Festival d’Automne. L’œuvre de Genet étant entièrement composée de l’enchâssements et de la superposition des niveaux de fiction, qui complexifient sa compréhension, le matériau de départ est d’emblée délicat à manipuler. Néanmoins, la mise en scène de Bob Wilson, loin d’en simplifier la lecture, lui surimpose une esthétique singulière, tout en paillettes et en lumières fluos, qui transforme l’« architecture de vide et de mots » qu’est la pièce en une image plastique derrière laquelle le texte disparaît.

Lire la suite »

« Einstein on the beach » de Bob Wilson et Philip Glass

Le célèbre opéra de Bob Wilson stt Philip Glass, Einstein on the beach, créé en 1976, a constitué une véritable rupture esthétique à l’époque de sa création. En 2014, peu après sa recréation en 2012, on peut se demander l’effet que produit ce spectacle alors que le choc est nécessairement moins grand que dans les années 1980. Si cet objet non identifiable a en effet ouvert une nouvelle ère théâtrale, il semble que ce soit dû à l’état extrêmement singulier dans lequel il plonge, à l’expérience sensorielle et perceptive qu’il propose. Mais alors que la production théâtrale en offre aujourd’hui de nombreuses, chaque fois uniques, le spectacle paraît bien être resté sans pareil, hors norme.

Lire la suite »

« Peter Pan » de James Matthew Barrie au Théâtre de la Ville

Dans sa dernière création, Bob Wilson s’empare d’un matériau que l’on connaît. Peter Pan, ou l’enfant qui ne voulait pas grandir s’appuie en effet sur l’histoire inventée par James Matthew Barrie, rendue fameuse par Walt Disney et Steven Spielberg à l’écran. Pour ce spectacle, Bob Wilson revient aux sources de ce mythe du XXe siècle, soit à la pièce de théâtre de l’écossais Barrie. A partir de Peter Pan, Wendy, la fée Clochette, le Capitaine Hook et le Crocodile Tic Tac, il crée un spectacle extrêmement singulier, comparable à rien sinon à son propre travail. Sur la scène le familier et l’étrange se côtoient, cohabitent, se dominent l’un après l’autre, sans qu’aucun des deux ne l’emporte. L’expérience, sans commune mesure, tant visuelle que sonore, donne le sentiment d’assister à quelque chose d’unique en son genre.

Lire la suite »