Monthly Archives: juin 2011

28 Juin

« Dans l’intimité des frères Caillebotte » au Musée Jacquemart André

La mise en regard de la peinture et de la photographie est prometteuse dès l’affiche du musée Jacquemart André. Si le nom de Caillebotte n’évoque pas immédiatement quelque chose, la trace impressionniste de Gustave attire le regard et rétablit un univers familier. L’exposition l’est d’autant plus que les photographies de Martial nous immergent dans l’intimité d’une riche famille du XIXème siècle.

read more »
22 Juin

Joseph K. dans « Le Procès », de Kafka à Orson Welles

Le célèbre adjectif « kafkaïen » a été élaboré à partir de l’œuvre de Kafka, Le Procès. Il désigne une situation telle que celle dans laquelle est pris son héros, Joseph K. : après avoir été arrêté sans motif, il s’engage dans un bras de fer avec la Justice et se perd dans le dédale de l’administration judiciaire, cherchant à tous prix à faire reconnaître son innocence – en vain.

read more »
15 Juin

« Fin de partie » de Beckett au théâtre de la Madeleine

La mise en scène d’Alain Françon de Fin de partie de Beckett est tout simplement juste. Il n’y a pas de parti-pris, de choix transcendants ou d’interprétation révolutionnaire. Il y a simplement Hamm, Clov, Nagg et Nell sur scène, les objets indiqués par Beckett, et son texte, mis à l’honneur par ce souci de fidélité.

read more »
12 Juin

Balade autour des ponts de Paris

Il arrive de nombreuses fois que les Parisiens se disent qu’ils ne connaissent pas leur ville, se rendant d’un bout à l’autre par ses entrailles. Difficile de prendre un guide et un appareil photo et de tenir un programme aussi dense que les touristes que l’on croise : on se dit à chaque fois que l’on aura le temps plus tard. Découvrir les ponts de la ville peut être un axe directeur riche en découvertes.

read more »
08 Juin

« Enfance » de Nathalie Sarraute

Alors que Sarraute tient à bonne distance le plaisir romanesque dans toute son œuvre, Enfance, son autobiographie, peut procurer ce plaisir, comme Les Mots ont pu le faire. Elle se penche sur ses souvenirs sur la pointe des pieds, et cette conscience permanente du danger que sont la fiction et l’imagination pour l’autobiographe sont peut-être cela-même qui est à l’origine de notre délectation.

read more »