« Fille/Mère » par Diastème

Diastème présente au Théâtre du Chêne Noir une pièce qu’il a écrite et mise en scène, Fille/Mère. Entouré d’excellents comédiens, l’artiste tente de nous prendre par les sentiments grâce à cette comédie dramatique, mais ça ne suffit malheureusement pas à nous séduire.

La fille et la mère qui ont donné son titre au spectacle vivent ensemble mais ne se supportent pas. Leur ressemblance dans les gestes et les attitudes révèle qu’elles se haïssent moins l’une l’autre que l’une à travers l’autre. Toutes deux célibataires, avec un penchant prononcé pour l’alcool, elles pointent du doigt leurs faiblesses mutuelles avec férocité.

Un prétendu psychanalyste roumain, rencontré par la fille et invité par la mère, prend un jour place entre les deux femmes, et incarne malgré lui l’espoir de sortir du cercle vicieux qui les tient prisonnières. Néanmoins les conventions volent vite en éclat et la fausse pudeur fait place à la franchise exacerbée. Celui qui aurait dû sauver la situation devient un catalyseur, pour le pire et le meilleur.

La scène donne à voir de façon très réaliste l’intérieur de ces dames : salon, salle à manger et cuisine en arrière-plan. Dans ce décor, les comédiennes évoluent, elles aussi vêtues de façon très réaliste mais sans aucun parti-pris social. Leur milieu ne semble pas devoir être pris en considération, puisque c’est la neutralité qui domine.

En plusieurs épisodes, distincts par des transitions en lumière et musique lourdes et peu nécessaires, le passé de ces trois personnages est révélé. On apprend les causes de leur douleur, de leur haine, de leur désespoir et de leur alcoolisme partagé. Leurs histoires dramatiques, peuplées de morts, laissent tout de même entrevoir un happy ending, sans grande surprise.

Les comédiens sont bons, en particulier la jolie Andréa Brusque, mais le spectateur reste déçu que leur talent ne soit pas mieux exploité, dans une démarche plus théâtrale, qui s’appuierait plus sur les ressorts de la scène que sur la corde sensible des spectateurs.

F. pour Le Bruit du Off

Pour en savoir plus sur « Fille/Mère », rendez-vous sur le site du Off d’Avignon.