24 Juin

« L’Immoraliste » d’André Gide – conversion ou déchirement

Après avoir rencontré un certain succès avec les Nourritures terrestres en 1897, Gide reprend quelques années plus tard la même période de sa vie pour s’inspirer de son nouveau roman, L’Immoraliste. Les événements à peine perceptibles en filigrane dans son œuvre-poème sont ici ramenés au premier plan, et l’éthique louée sur le mode de l’incantation persuasive est désormais présentée au travers d’une découverte par l’expérience. Les deux œuvres, dont la continuité est signalée par le personnage de Ménalque, apparaissent ainsi comme le pendant l’une de l’autre. Par inversion, après le discours théorique vient donc le récit de la douloureuse conversion de Michel.

Lire la suite »
19 Oct

« Le Neveu de Rameau » de Diderot mis en scène par Jean-Pierre Rumeau

Se peut-il ? Diderot aurait trouvé quelqu’un à la verve encore plus vive que la sienne ? Un paradoxe vivant comme il se plaît à en dépeindre dans tous ses écrits ? Oui, et cet énergumène n’est autre que le neveu de Rameau, du Rameau.

Lire la suite »
04 Sep

La maison de Gide à Cuverville

La maison de Gide à Cuverville est aujourd’hui une propriété privée. Cela n’empêche pas ses habitants d’offrir aux plus volontaires une visite qui restitue l’histoire de la maison et le séjour qu’y fit l’auteur chez sa femme, Madeleine Rondeaux.

Lire la suite »