24 Nov

« Trissotin ou Les Femmes savantes » de Molière au TGP : le rire comme moyen de résistance

Le soir-même d’un réveil douloureux à Saint-Denis, qui a donné le sentiment qu’il s’agissait bien d’une guerre alors que cinq milles balles ont été tirées lors des perquisitions qui ont eu lieu suite aux attentats du 13 novembre, Jean Bellorini avait décidé de maintenir les représentations des deux spectacles à l’affiche du TGP, M’appelle Mohamed Ali, de Dieudonné Niangouna, et Trissotin ou Les Femmes savantes, mis en scène par Macha Makeïeff. Le lendemain, malgré le contexte, la tension encore présente – palpable au moment d’entrer dans le théâtre, alors qu’il faut montrer l’intérieur de son sac mais aussi « ouvrir sa veste » –, le public n’est pas si essaimé pour aller voir du Molière. Au contraire, il est étonnamment présent sur les rangs des bancs rouges, solidaire et fier de contrer le terrorisme par la culture, de faire acte de résistance par là.

Lire la suite »
09 Nov

« Fin de l’histoire » d’après Witold Gombrowicz à la Colline : monceaux d’histoires et d’Histoire

Trois ans après Nouveau Roman, Christophe Honoré revient à la Colline pour présenter Fin de l’histoire. Des écritures de Duras, Simon, Sarraute, Mauriac, Butor ou Robbe-Grillet, il passe à la pensée de Gombrowicz, sans autre transition que celle du temps et de tout ce qui le transforme en durée. De l’un à l’autre spectacle pourtant, des constantes : un décor imposant et stylisé, qui évoque une époque passée, un espace jonché de micros qui multiplient les strates sonores, et une composition dramaturgique qui mêle les sources et les irrigue d’un travail au plateau.

Lire la suite »
06 Fév

« Ivanov » de Tchekhov à l’Odéon – séjour au royaume des ombres

Alors qu’à la Colline se joue encore le Platonov des Possédés jusqu’au 11 février, Luc Bondy s’empare à l’Odéon de la deuxième pièce du dramaturge russe, Ivanov. De la première œuvre de Tchekhov qui n’a jamais été jouée de son vivant à la suivante, l’écart est considérablement creusé par la confrontation de ces deux spectacles. A la fraîcheur et à l’humour de la mise en scène de Rodolphe Dana s’oppose radicalement celle monumentale et sombre de Luc Bondy.

Lire la suite »
13 Déc

« Exhibit B » de Brett Bailey au 104 :
« vous ne pourrez pas revenir en arrière »

Après avoir tourné en Europe, l’installation de Brett Bailey, Exhibit B, est arrivée à Paris fin novembre, d’abord au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis, puis au 104 dans le 19ème arrondissement. Impossible de se rendre là-bas sans être averti de la polémique soulevée par cette œuvre, qui a été remise en cause, qui a failli être annulée grâce à une pétition, et qui a déclenché de violentes protestations. La performance est pensée tout autrement une fois vue, vécue, et c’est alors bien moins l’art qui est en cause que la question noire.

Lire la suite »
10 Nov

« Tropismes » de Nathalie Sarraute [extraits]

V Par les journées de juillet très chaudes, le mur d’en face jetait sur la petite cour humide une lumière éclatante et dure. Il y avait un grand vide sous cette chaleur, un silence, tout semblait en suspens ; on entendait seulement, agressif, strident, le grincement d’une chaise traînée sur le carreau, le claquement d’une porte. C’était dans cette chaleur, dans ce silence – un froid soudain, un déchirement.

Lire la suite »
13 Juil

« Shéda » de Dieudonné Niangouna à la Carrière de Boulbon

La mythique Carrière de Boulbon est proprement investie par Dieudonné Niangouna, artiste associé du Festival d’Avignon avec Stanislas Nordey. Les organisateurs du festival ont cette année réuni deux artistes très différents : alors que Par les villages est reçu comme un théâtre de texte, purement dévoué à l’œuvre de Peter Handke, dans Shéda le matériau textuel semble s’effacer, totalement absorbé par la vie, dont ce spectacle est entièrement fait.

Lire la suite »
15 Mai

« Quand je pense qu’on va vieillir ensemble » des Chiens de Navarre aux Bouffes du Nord

La dernière création des Chiens de Navarre, Quand je pense qu’on va vieillir ensemble, est un ensemble de saynètes composite à la Joël Pommerat, en moins écrit, moins réaliste et moins net du point de vue esthétique. Des situations types de la vie quotidienne sont explorées, entrecoupées par des passages au noir, dont le thème dominant est le déguisement du mal-être et des détresses individuelles par des codes sociaux qui conforment à la norme. Entre empathie et rire, le public est écartelé.

Lire la suite »
30 Nov

« Un tramway » d’après Tennessee Williams à l’Odéon

A l’Odéon, est repris le tramway de Warlikowski, créé l’an dernier. Cet objet, dont la matière première est la pièce de Tennessee Williams, Un tramway nommé désir, invoque sur scène tous les moyens techniques et artistiques qui sont à la portée de l’artiste polonais. Le résultat est étonnant, déroutant et pousse le spectateur à sonder le malaise des personnages avec les comédiens.

Lire la suite »
16 Nov

« Le Socle des vertiges » de Dieudonné Niangouna aux Amandiers

Dieudonné Niangouna présente au Théâtre des Amandiers un spectacle qu’il a mûri pendant plusieurs années. Derrière un titre prometteur, Le Socle des vertiges, se cache une violente dénonciation qui agresse sans relâche celui qui réussit à tenir jusqu’à la fin du spectacle. La question est : quels seront les plus endurants ?

Lire la suite »