12 Déc

« Rouge décanté » d’après Jeroen Brouwers à la Bastille : nouveau choc esthétique et émotionnel signé Cassiers

Après plus de dix ans de tournée et de reprises régulières, Guy Cassiers présente enfin son Rouge décanté à Paris. Les retrouvailles avec le metteur en scène ont lieu au Théâtre de la Bastille, où le même acteur depuis la création du spectacle reprend le rôle qu’il est capable d’interpréter en plusieurs langues. Comme dans Cœur ténébreux – le point de départ d’une fidélité sans faille au travail de Cassiers –, l’adaptation du roman autobiographique de Jeroen Brouwers se bâtit autour d’un seul homme, mais le recours à la technique, et notamment à la vidéo, multiplie les effets de présence. La perception ainsi mise en jeu par la scène, la dramaturgie est une nouvelle fois offerte à la sensibilité de façon suraigüe.

Lire la suite »
04 Août

« Les Nuits blanches » de Dostoïevski – Fulgurance

Au début de sa carrière, une fois sa réputation acquise mais peu avant l’expérience radicale qu’a constitué le bagne, Dostoïevski écrit des nouvelles, des courts récits qui contiennent en quelques pages de la densité de ses romans composés de plusieurs livres et publiés en plusieurs tomes. Les Nuits blanches, c’est une histoire d’amour fulgurante, qui se déroule sur cinq jours et donne autant à vivre et à penser qu’une histoire de dix ans – d’autant plus qu’elle a duré quatre nuits justement.

Lire la suite »
22 Juin

« Contre Sainte-Beuve » de Proust [extrait]

Préface Chaque jour j’attache moins de prix à l’intelligence. Chaque jour je me rends mieux compte que ce n’est qu’en dehors d’elle que l’écrivain peut ressaisir quelque chose de nos impressions, c’est-à-dire atteindre quelque chose de lui-même et la seule matière de l’art.

Lire la suite »
31 Juil

« L’Invention de la solitude » de Paul Auster

L’Américain Paul Auster en passe par l’écriture pour faire le deuil de son père. Loin d’avoir vidé son encre du premier coup, l’écrivain et fils s’y prend à deux fois, à un an d’intervalle. Du « Portrait d’un homme invisible » au « Livre de la mémoire », les deux parties de cette étrange épitaphe intitulée L’Invention de la solitude, deux formes d’écriture de la mémoire sont confrontées.

Lire la suite »
23 Nov

« Savannah Bay » de Duras à l’Athénée

L’Athénée confronte deux aspects de l’œuvre dramatique de Duras en programmant Le Shaga et Savannah Bay. Les travaux de Claire Deluca et de Philippe Sireuil, les deux metteurs en scène, soulignent bien ces différences. Alors que la première relève du registre de l’absurde et suscite le rire, la seconde explore les thèmes poignants de la mémoire, de l’amour et de la mort.

Lire la suite »
01 Oct

« Albertine Disparue » de Marcel Proust

Le tome cinq de la Recherche, La Prisonnière s’achevait sur un coup de théâtre : Albertine, apparemment soumise au héros, le quitte, sans le prévenir. La suite, Albertine Disparue, initialement intitulé « La Fugitive », reprend le récit à cet instant même où Françoise, la domestique, lui annonce : « Madame Albertine est partie ! ».

Lire la suite »
10 Août

« Le Côté de Guermantes » de Marcel Proust

Le troisième tome d’A la recherche du temps perdu, Le Côté de Guermantes, est de loin le plus volumineux. Il est celui qui marque la sortie de l’enfance, et l’entrée progressive dans la sphère mondaine.

Lire la suite »