08 Avr

Notes et contre-notes sur « Jacques ou la Soumission » (2/3)

Jacques, une fois seul sur scène, se met en effet à parler, avec gravité, après un long silence qui marque une pause après le flux ininterrompu de parole auquel on a assisté. Il se demande « que me veut-on ? », exprimant le sentiment d’être tenu à quelque chose, débiteur par rapport à sa famille. Le pronom « on », anonyme, met à distance les siens, les rend étrangers. La phrase est unique, isolée, ne rendant pas compte de la réflexion intérieure de Jacques, elle n’initie pas un monologue qui nous livrerait le personnage, qui reste encore inconnu, mystérieux, et qui redevient silencieux.

Lire la suite »
23 Août

« La Vie de Marianne » de Marivaux

Marivaux, outre ses pièces de théâtre qui l’ont rendu célèbre, est l’auteur de deux grands romans, Le Paysan parvenu et La Vie de Marianne. L’un et l’autre ont pour particularité d’être inachevés, quoique tous deux déterminés à une fin par leur auteur. L’interruption de leur rédaction ne s’explique pas par la mort de Marivaux, mais peut-être par une forme de désintérêt de sa part qui invite à attacher moins d’importance à l’intrigue qu’à son développement, son traitement. Si Marivaux prend plaisir à manier les ressorts du romanesque, c’est davantage à la psychologie et à l’écriture des sentiments les plus aigus qu’il s’intéresse, dans un style qui en épouse les subtilités.

Lire la suite »
27 Juin

« Des arbres à abattre » de Thomas Bernhard

Le roman de Thomas Bernhard, Des arbres à abattre, a fait polémique à sa publication. La critique sans appel qu’il dresse de la société viennoise ajoutée à la dimension autobiographique de l’œuvre l’ont fait passer pour une déclaration de haine à peine déguisée. Semblable au narrateur proustien à de nombreux égards, celui de Bernhard, lui aussi anonyme, est un écrivain et féroce observateur de l’élite artistique à laquelle il appartient malgré lui.

Lire la suite »