12 Oct

« La Peste » de Camus – résistance

Quelques temps après la guerre, en 1947, Camus publie La Peste. A l’heure de la reconstruction, du monde et du sens, il s’agit pour l’auteur de penser la question du mal par le biais d’une allégorie. Le mal prend ainsi dans son œuvre une forme concrète, celle de la peste, qui menace toute la population de mort d’une ville. Face à l’épidémie, plusieurs postures sont envisagées par Camus à travers ses personnages : la lutte, la résignation, l’opportunisme, l’individualisme… Œuvre du cycle de la révolte qui lui valut le Prix Nobel quelques années plus tard, ce roman se distingue par sa portée philosophique, et plus particulièrement par le message humaniste qu’il cherche à porter.

Lire la suite »
19 Sep

« Rêve et folie » de Georg Trakl aux Amandiers – résistance

Dans le cadre du Festival d’Automne, Claude Régy présente sa dernière création Rêve et folie au Théâtre des Amandiers de Nanterre. A plus de quatre-vingt dix ans, le metteur en scène français poursuit la quête sur le langage et sa capacité à cerner l’indicible qu’il a entreprise il y a près d’un demi-siècle. Après les écritures de Fosse, Pessoa ou Vesaas, c’est cette fois-ci un poème en prose du poète allemand Georg Trakl qu’il nous fait découvrir. Depuis tant de temps, ses principes et sa méthode sont les mêmes, mais s’ils perdent un peu de leur puissance à mesure qu’on le côtoie, il affirme par eux une résistance dont il importe de continuer à faire l’expérience.

Lire la suite »
08 Avr

Notes et contre-notes sur « Jacques ou la Soumission » (2/3)

Jacques, une fois seul sur scène, se met en effet à parler, avec gravité, après un long silence qui marque une pause après le flux ininterrompu de parole auquel on a assisté. Il se demande « que me veut-on ? », exprimant le sentiment d’être tenu à quelque chose, débiteur par rapport à sa famille. Le pronom « on », anonyme, met à distance les siens, les rend étrangers. La phrase est unique, isolée, ne rendant pas compte de la réflexion intérieure de Jacques, elle n’initie pas un monologue qui nous livrerait le personnage, qui reste encore inconnu, mystérieux, et qui redevient silencieux.

Lire la suite »
08 Mar

« Toujours la tempête » de Peter Handke aux Ateliers Berthier – Le souffle épique de la mémoire

Alain Françon réunit autour de lui les comédiens qui lui sont chers pour sa dernière création, présentée aux Ateliers Berthier de l’Odéon. Toujours la tempête, texte de Peter Handke publié en 2012, est un récit épique qui touche à la mémoire et à l’histoire, à la traversée de la Deuxième Guerre mondiale par une famille de Slovènes de Carinthie, reconstituée par leur descendant, Peter Handke lui-même devenu narrateur, qui rend vie aux morts. Les 3h30 de spectacle sont portées par les comédiens, dirigés avec une précision qui les tient à distance de toute emphase, et dans une simplicité scénique qui focalise l’attention sur leur jeu et sur le texte.

Lire la suite »
18 Fév

« Voir hors de nous ce qui est en nous » :
Claude Régy, passeur de Tarjei Vesaas dans « Brume de dieu »

Communication dans le cadre de la journée d’études « Langages du théâtre et de la psychanalyse », organisée le 7 février 2015 par l’Ecole doctorale « Recherches en psychanalyse et psychopathologie » de l’Université Paris-Diderot. « Voir hors de nous ce qui est en nous » :  Claude Régy, passeur de Tarjei Vesaas dans Brume de dieu

Lire la suite »
08 Sep

Le Pavillon Flaubert à Croisset

En plein cœur de la zone portuaire de Rouen, le pavillon de Croisset est aujourd’hui un lieu emblématique au moment d’aborder Flaubert. C’est en effet là qu’il a écrit toute son œuvre, ou du moins dans la maison de villégiature dont dépendait le pavillon.

Lire la suite »