02 Mai

« Le Dounier Rousseau, l’innocence archaïque » à Orsay : jusqu’au coeur de la jungle

Avec Le Douanier Rousseau, l’innocence archaïque, Orsay ne faillit pas à sa réputation et offre un nouveau voyage dans l’histoire de la peinture. L’espace dédié aux expositions temporaires dans le musée s’est encore métamorphosé, pour assurer cette fois une immersion physique dans l’univers du peintre, enrichie de textes qui libèrent l’imagination et l’interprétation personnelle. 

Lire la suite »
12 Avr

« Le Voile de la Reine Mab » de Ruben Dario

La reine Mab, dans son char fait d’une seule perle, tiré par quatre coléoptères aux plastrons dorés et aux ailes de pierreries, chevauchant un rayon de soleil, se glissa par la fenêtre d’une mansarde où se trouvaient quatre hommes maigres, barbus et impertinents, en train de se lamenter comme de pauvres malheureux.

Lire la suite »
01 Déc

Images en miettes

Toutes ces images éclectiques qui reviennent avec insistance chaque fois que je lis En miettes, l’adaptation de Laura Mariani d’après Jacques ou la Soumission et Journal en miettes de Ionesco… _____ « Il y a aussi Sacha en fond de scène, laissée dans un coin. Elle est dans une boîte en plexiglas et joue avec une petite poupée. Pendant la scène qui suivra, elle écrira sur la vitre : « On ne peut m’empêcher de respirer. Ce serait me tuer que de ne pas m’aimer. »

Lire la suite »
27 Nov

« Ödipus der Tyrann » de Castellucci au Théâtre de la Ville : hébétude esthétique

Pour la deuxième année consécutive, Romeo Castellucci est invité d’honneur du Festival d’Automne. Présent régulièrement depuis 2000, il présente pour cette saison trois spectacles dans trois lieux différents : Ödipus der Tyrann d’Hölderlin, au Théâtre de la Ville, Le Metope del Partenone, à la Villette, d’après les frises du Parthénon d’Athènes, et Orestie (une comédie organique ?) à l’Odéon, reprise d’une création vieille de vingt ans, « capsule temporelle » dont l’esthétique semble différer un peu de celle que l’on connaît, mais où l’on devine la continuité des questionnements en jeu. Le premier de ces spectacles s’inscrit dans la lignée du Four Seasons Restaurant, déjà d’après Hölderlin et présenté au même endroit il y a un peu plus de trois ans : même fascination face aux images, même malaise quand la langue prend place sur scène.

Lire la suite »
26 Mai

« L’Ange du bizarre – le Romantisme noir de Goya à Max Ernst » au Musée d’Orsay

Le Musée d’Orsay propose une nouvelle exposition passionnante avec L’Ange du bizarre – le Romantisme noir de Goya à Max Ernst. Véritable plongée dans un monde animé par des puissances maléfiques, la visite dévoile tout un pan obscur de la création artistique allant du XVIIIe au XXe siècle et invite à redécouvrir sous cet angle des œuvres familières qui se teintent alors d’étrangeté. Une sorte de cauchemar terrifiant et réjouissant.

Lire la suite »
22 Jan

« L’Impressionnisme et la mode » au Musée d’Orsay

L’exposition L’Impressionnisme et la mode attire un public varié au musée d’Orsay. Férus du mouvement pictural et passionnés de mode de tous âges s’y retrouvent et voient leurs attentes comblées par un parfait équilibre entre ces deux objets ici rassemblés. Grâce à la scénographie extrêmement élaborée de Robert Carsen la visite est un véritable voyage dans le XIXe siècle, qui fait presque regretter l’époque des corsets !

Lire la suite »
09 Jan

« Edward Hopper » au Grand Palais : le silence d’Hopper

La rétrospective consacrée à Edward Hopper ne ménage pas son public. Victime de son succès, elle lui impose des heures de queue quels que soient le moment de la journée ou le jour de la semaine. Une fois entré dans le saint des saints, il faut encore s’armer de patience avant de découvrir les chefs-d’œuvre que les belles affiches de l’exposition ont laissé entrevoir. Un tel parcours met à l’épreuve l’enthousiasme des plus entêtés ou des plus passionnés, qui repartent néanmoins songeurs, certainement plus riches qu’ils ne sont venus.

Lire la suite »
28 Juin

« Dans l’intimité des frères Caillebotte » au Musée Jacquemart André

La mise en regard de la peinture et de la photographie est prometteuse dès l’affiche du musée Jacquemart André. Si le nom de Caillebotte n’évoque pas immédiatement quelque chose, la trace impressionniste de Gustave attire le regard et rétablit un univers familier. L’exposition l’est d’autant plus que les photographies de Martial nous immergent dans l’intimité d’une riche famille du XIXème siècle.

Lire la suite »
21 Nov

« Giuseppe de Nittis » au Petit Palais

En ce mois de novembre, le Petit Palais propose une rétrospective qui n’a pas été renouvelée depuis 1886 sur le peintre italien Giuseppe de Nittis. Osant brandir un nom qui ne fait pas écho dans notre patrimoine, l’institution est assurée du succès de l’exposition par les proximités d’avec la peinture moderne nationale et le talent incontestable du peintre.

Lire la suite »