03 Juin

« Ferdydurke » de Witold Gombrowicz

Ferdydurke est l’une des œuvres les plus connues du Polonais Witold Gombrowizc. Dans ce roman, l’auteur explore les thèmes qui lui sont chers – l’enfance, l’immaturité, ou l’aliénation sociale – au travers d’un personnage qui traverse malgré lui différents milieux. De l’école à la bourgeoisie de campagne, en passant par une famille citadine dite moderne, Gombrowicz dénonce les injonctions déformantes de la société qui infantilisent et dépersonnalisent les êtres, qui entrave leur liberté et l’épanouissement des possibles.

Lire la suite »
22 Avr

Jiminy Cricket

Nouveau rendez-vous avec Laura après lui avoir donné mes notes sur Jacques ou la Soumission et L’Avenir est dans les œufs. Alors qu’elle travaille en ce moment Journal en miettes, elle me fait remarquer que j’ai tendance à proposer une lecture manichéenne de la pièce, avec Jacques et Roberte d’un côté et leurs familles de l’autre. Elle me dit qu’elle voudrait sortir de cette logique qui distingue et sépare trop clairement personnages positifs et personnages négatifs, et qu’elle préfèrerait reléguer le jugement en spectateur, en entretenant une ambigüité. Pour appuyer sa pensée, elle me lit un extrait du Journal :

Lire la suite »
15 Nov

« La Mission » de Heiner Müller [extrait]

Je suis entouré d’hommes qui me sont inconnus dans un vieil ascenseur dont la cage brinqueballe pendant la montée. Je suis habillé comme un employé ou comme un ouvrier un jour férié. J’ai même mis une cravate, le col me gratte le cou, je transpire. Quand je tourne la tête, le col me serre le cou. J’ai rendez-vous avec le chef (en pensée je l’appelle Numéro Un), son bureau est au quatrième étage, ou bien était-ce le vingtième ; à peine j’y pense, je n’en suis déjà plus sûr.

Lire la suite »
18 Jan

« Salle d’attente » de Krystian Lupa à la Colline

Etrange sentiment que suscite Lupa avec Salle d’attente. Comment une bande constituée de drogués, de SDF, de sidaïques, de prostituées et de schizophrènes peut-elle nous donner envie de retourner dans la salle après l’entracte ? avec même une pointe d’enthousiasme ? Sans doute grâce à la poésie et à la tendresse qui émanent de leur détresse, grâce au jeu irréprochable des comédiens et grâce au talent du metteur en scène polonais.

Lire la suite »
22 Juin

Joseph K. dans « Le Procès », de Kafka à Orson Welles

Le célèbre adjectif « kafkaïen » a été élaboré à partir de l’œuvre de Kafka, Le Procès. Il désigne une situation telle que celle dans laquelle est pris son héros, Joseph K. : après avoir été arrêté sans motif, il s’engage dans un bras de fer avec la Justice et se perd dans le dédale de l’administration judiciaire, cherchant à tous prix à faire reconnaître son innocence – en vain.

Lire la suite »