18 Mai

« Mémoire de fille » d’Annie Ernaux – l’écriture faite œuvre

L’écrivain Annie Ernaux consacre sa dernière œuvre, Mémoire de fille, au récit d’un épisode précis de sa vie, sa première fois avec un homme. Sur le mode de l’enquête, elle revient sur cet événement qui a continué à l’obséder longtemps après – au point d’y revenir près de soixante ans plus tard – et tente de réinscrire le mystère encore difficile à percer qu’il représente dans une continuité.

Lire la suite »
14 Juil

« Hacia la alegría » d’Olivier Py
à l’Autre Scène du Grand Avignon
Transcendance par l’immanence

Alors que Lear finit de se jouer dans la Cour d’honneur, Olivier Py, qui « n’a jamais cessé de prouver sa fidélité au théâtre public et à la décentralisation » (cf. programme), propose en même temps Hacia la alegría à L’Autre scène du Grand Avignon. Cette autre scène est à 12 km du centre, mais cette fois – contrairement au Ubu d’Olivier Martin-Salvan –, une navette est bien mise en place pour emmener les spectateurs hacia Vedène, sortis de la ville pour entrer dans une autre ville, celle traversée à toute allure par le personnage.

Lire la suite »
12 Juil

« Mise en scène d’un corps amoureux » d’après Barthes au Pandora Théâtre : Solitudes

19h, place de l’horloge : « Ça vous dit pas d’aller voir un spectacle sur l’amour, là ?… – Moi, j’ai entendu parler d’un truc d’après les Fragments d’un discours amoureux de Barthes… » Et nous voilà en route vers le Pandora Théâtre, désireuses de voir la conjonction de nos deux passions, le théâtre et l’amour. Mais vouloir concilier à tout prix ce qui nous touche le plus dans l’espoir d’une joie décuplée n’est pas toujours possible, ni même une bonne idée, et à part Clôture de l’amour et La Réunification des deux Corées, l’alliage atteint rarement la perfection. Peu importe, telle n’est pas notre exigence, et on peut aller jusqu’à accepter un déplacement, même double. Avec Mise en scène d’un corps amoureux, de Florine Clap et Nans Pierson, il s’agit de performance plus que de théâtre, et quant à l’amour, celui porté au texte de Barthes est en réalité impossible à reproduire autrement que par la lecture. Mais peu importe, la solitude peut s’accorder au pluriel.

Lire la suite »