12 Juil

Avignon : Bilan des Courses !

Quatre jours à Avignon en quelques tirets : – 14 spectacles vus – 11 salles de spectacles explorées – 12 spectacles chroniqués – 40 tracts récupérés (avec le sourire) – des centaines (ou milliers ?) de panneaux croisés dans toutes les rues – 2 logements pour 3 nuits – 6 codes wifi récupérés dans les restau et cafés de la ville – 4 diabolos grenadine avalés – 5 trajets avec un sac insoulevable – des litres d’eau – des courses effrénées pour arriver à l’heure – des Avignonnais très chaleureux S’il ne fallait garder qu’un spectacle : – Electre, suivi de très près par Médée et Belle du Seigneur Je rentre avec : – une paire de chaussures en moins (elle n’a pas tenu le coup) – une excellente adresse pour prendre un repas (le Zinzolin) – 40 tracts pour… (l’usage reste à déterminer) – une trentaine de piqûres de moustique – des jambes bien musclées – quelques heures de sommeil à récupérer – une bonne leçon : pas besoin de pantalon, ni de pull, ni de gilet en plein été à Avignon – des images plein la tête, et peut-être l’envie de renouveler l’expérience (avec plus d’organisation, moins de spectacles par jour, un logement fixe et une bonne dose d’énergie !) Merci à ceux qui m’ont accueillie, aux compagnies qui m’ont offert une invitation, au Bruit du Off pour l’opportunité… et peut-être à l’année prochaine ! F.

Lire la suite »
12 Oct

« Les Soliloques de Mariette » d’après Albert Cohen

Mariette ? C’est la domestique des Deume, et surtout, celle qui a suivi Ariane d’Auble depuis son enfance jusqu’à sa vie d’épouse non-épanouie. Tirés textuellement du roman d’Albert Cohen, Belle du Seigneur, ses soliloques mêlent à ses petits soucis quotidiens le dessous des humeurs de sa maîtresse.

Lire la suite »
30 Jan

« Mangeclous » d’Albert Cohen

Pile dix ans avant que le grand roman de l’amour ne soit reconnu comme tel par l’Académie française, i.e. Belle du Seigneur, Albert Cohen signe son deuxième livre, Mangeclous. On y retrouve déjà la verve rabelaisienne, l’humour et les grandes thématiques communes à bon nombre de ses œuvres. C’est un brouillon hilarant, une large préface, une annonce de la suite.

Lire la suite »