14 Sep

« Les Frères Karamazov » d’après Dostoïevski à la Friche Babcock – dynamitage signé Castorf

Après Bellorini cet été à Avignon, c’est au tour de l’Allemand Frank Castorf de présenter son adaptation des Frères Karamazov, créée en 2015. Le metteur en scène, venu en France il y a quatre ans pour la dernière fois avec sa Dame aux camélias, a cette fois été invité dans le cadre du Festival d’Automne. A quelques mois de son départ de la Volksbhüne, grande scène du théâtre allemand, et après l’adaptation de tous les grands romans de Dostoïevski – Les Démons, Humiliés et offensés, L’Idiot et Crime et châtiment – ce spectacle apparaît comme la fin d’un cycle, sinon comme un testament théâtral et esthétique qui s’épanouit dans toute sa plénitude.

Lire la suite »
17 Juil

« Karamazov » d’après Dostoïevski à la Carrière de Boulbon – de l’art de raconter une histoire sur scène

Après plusieurs mois d’attente depuis l’annonce d’une nouvelle adaptation de Dostoïevski, cette fois-ci par Jean Bellorini après Vincent Macaigne et avant Frank Castorf à la rentrée prochaine, voici venu le moment de découvrir Karamazov. L’espoir investi dans ce spectacle était au moins aussi grand que le défi que se sont posé le metteur en scène et sa troupe, et il aurait probablement fallu un miracle pour qu’il soit comblé. Mais si l’œuvre et la pratique sont trop pensés pour ne pas y trouver à redire, un dialogue s’est ouvert le temps d’une courte nuit, et la réflexion sur l’adaptation théâtrale s’est trouvée ranimée par de nouvelles questions.

Lire la suite »
25 Mai

« Otelo » d’après Shakespeare par le Grupo ViajeinMóvil : adaptation pour deux comédiens et trois mannequins

Dans le cadre du Mayo Teatral qui anime La Havane et d’autres villes de Cuba, la compagnie ViajeinMóvil vient du Chili avec un spectacle créé en 2012, Otelo. S’inspirant du drame de Shakespeare et le relisant à la lumière des codes culturels d’aujourd’hui et des questions sociales qui le préoccupe, le Grupo, suivant sa pratique déjà éprouvée avec plusieurs spectacles, en propose une adaptation pour deux comédiens et trois mannequins. Du drame à la comédie tragique, du corps vivant aux morceaux de plastique, c’est toute une énergie virtuose qui circule sur le plateau.

Lire la suite »
15 Mai

Polyphonie, dialogisme, monologue et dialogue en jeu dans « Crime et châtiment » de Dostoïevski et « Procès ivre » de Koltès

Article à paraître dans les actes du colloque international « Entre monologue et dialogue » qui s’est tenu à Paris du 2 au 4 mai 2016 à la Sorbonne (Paris III)

Lire la suite »
20 Avr

« Bovary » d’après Flaubert à la Bastille : quand la littérature devient théâtre

D’avril à juin, l’artiste portugais Tiago Rodrigues, grande figure du théâtre dans son pays et à l’échelle internationale, a entrepris d’occuper le Théâtre de la Bastille. Occupation Bastille entend en effet repenser les relations entre les artistes et un théâtre, entre un théâtre et son public, et entre des spectateurs et des artistes, et ceci à travers un long temps de création qui donnera lieu à plusieurs soirées, Ce soir ne se répétera jamais, et une œuvre, Je t’ai vu pour la première fois au Théâtre de la Bastille. En attendant la réalisation de ce projet dont tout reste encore à déterminer, l’impulsion de cette occupation est donnée par un spectacle Bovary, une adaptation du roman de Flaubert prometteuse pour la suite de l’Occupation.

Lire la suite »
28 Fév

Présences de Dostoïevski dans Onzième de François Tanguy : de l’adaptation romanesque à l’écriture de plateau, le resurgissement du théâtre sur la scène du Radeau par le biais du roman

Article à paraître dans les actes du colloque international « Parcours de génétique théâtral : brouillon(s), (ré)écriture(s) et transmodalisation(s) dramatique(s) » qui s’est déroulé les 17 et 18 septembre 2015 à l’Université de Lisbonne.

Lire la suite »
19 Déc

Projet de thèse : « Du roman adapté au roman inadaptable : l’adaptation théâtrale des romans de Dostoïevski de Jacques Copeau à Vincent Macaigne (1911-2014) »

Projet de thèse, menée sous la codirection d’Anne-Françoise Benhamou (ENS) et Sophie Lucet (Paris-Diderot) Du roman adapté au roman inadaptable : l’adaptation théâtrale des romans de Dostoïevski de Jacques Copeau à Vincent Macaigne (1911-2014)

Lire la suite »
15 Déc

Première lecture d’En miettes, ou de la page à la table

Un lundi ensoleillé de fin novembre, le rendez-vous était donné à la Cartoucherie de Vincennes, et plus précisément au Théâtre de la Tempête, pour une lecture collective d’En miettes. Pour la première fois, toutes les personnes liées à ce projet se sont réunies, retrouvées ou rencontrées. Les six comédiens auxquels Laura a pensé pour donner chair à ses personnages et nous deux avons formé un groupe jusque-là théorique. Un groupe dans lequel les énergies singulières, toutes très fortes et très belles, vont devoir se conjuguer pour porter ce spectacle, encore à l’état de création mais déjà prometteur.

Lire la suite »
12 Déc

« Rouge décanté » d’après Jeroen Brouwers à la Bastille : nouveau choc esthétique et émotionnel signé Cassiers

Après plus de dix ans de tournée et de reprises régulières, Guy Cassiers présente enfin son Rouge décanté à Paris. Les retrouvailles avec le metteur en scène ont lieu au Théâtre de la Bastille, où le même acteur depuis la création du spectacle reprend le rôle qu’il est capable d’interpréter en plusieurs langues. Comme dans Cœur ténébreux – le point de départ d’une fidélité sans faille au travail de Cassiers –, l’adaptation du roman autobiographique de Jeroen Brouwers se bâtit autour d’un seul homme, mais le recours à la technique, et notamment à la vidéo, multiplie les effets de présence. La perception ainsi mise en jeu par la scène, la dramaturgie est une nouvelle fois offerte à la sensibilité de façon suraigüe.

Lire la suite »
01 Déc

Images en miettes

Toutes ces images éclectiques qui reviennent avec insistance chaque fois que je lis En miettes, l’adaptation de Laura Mariani d’après Jacques ou la Soumission et Journal en miettes de Ionesco… _____ « Il y a aussi Sacha en fond de scène, laissée dans un coin. Elle est dans une boîte en plexiglas et joue avec une petite poupée. Pendant la scène qui suivra, elle écrira sur la vitre : « On ne peut m’empêcher de respirer. Ce serait me tuer que de ne pas m’aimer. »

Lire la suite »